Publié le: 10/05/2021 @ 23:42:09: Par Nic007  Dans "Droit "
DroitLe procès Epic Games v Apple a révélé plus de détails sur les négociations en coulisse d'Apple avec des entreprises comme Microsoft, y compris une demande de contournement des commissions de l'App Store (via AppleInsider ). Une offre spéciale pour une commission inférieure sur les ventes via l'App Store d'Apple a été conclue très tôt avec des entreprises comme Amazon. Mais tous les développeurs - peu importe la notoriété et la popularité de leurs applications - Apple n'a pas accordé une réglementation spéciale. Maintenant, il sort: Microsoft a également été victime de la politique de l'App Store. Apple a rejeté la demande de Microsoft de contourner la commission de 30% pour Office.

Un historique des e-mails de 2012 met en lumière le déploiement d'Office par Microsoft pour l' iPad et la réponse d'Apple à la nouvelle. Les informations sont disponibles dans les documents judiciaires et visent à montrer à quel point Apple a traité avec diverses entreprises "sans aucune mesure perceptible". Dans le courrier, auquel les dirigeants de l'App Store Phil Schiller et Eddy Cue ont également participé, certaines des demandes de Microsoft ont été détaillées. D'une part, Microsoft voulait que Schiller et Cue rencontrent leurs propres dirigeants comme Kirk Koenigsbauer - un actuel vice-président senior de Microsoft. L'équipe d'Apple a dit oui à cela. Cependant, Microsoft a également demandé à Apple d'être autorisé à rediriger les utilisateurs vers leur propre site Web afin de comptabiliser les achats pour les abonnements là-bas, évitant ainsi la commission de 30% de l'App Store. Phil Schiller a refusé cette demande et a déclaré dans un e-mail: "Nous gérons le magasin, nous collectons les revenus."
Lire la suite (0 Commentaires)
Publié le: 30/04/2021 @ 21:42:09: Par Nic007  Dans "Droit "
DroitLa Commission européenne s'est exprimée sur l'affaire Apple vs Spotify : un problème qui a commencé il y a 5 ans et porté à l'attention de l'UE en 2019. Spotify affirmait qu'Apple profitait de la position dominante de l'App Store pour imposer ses tarifs sur des applications tierces, créant ainsi une concurrence déloyale avec Apple Music et, plus généralement, avec les services d'Apple. Après une longue attente, l'Union européenne a accepté aujourd'hui Spotify, comme l'a communiqué sur Twitter Margrethe Vestager , commissaire européenne à la concurrence, qui communiquera plus de détails lors d'une conférence de presse dans les prochaines heures.

La Commission européenne s'est concentrée sur deux règles imposées par Apple aux développeurs:

- l' obligation d'utiliser des achats intégrés (sur lesquels Apple facture des frais de 30%);
- l' interdiction de communiquer aux utilisateurs la possibilité d'acheter en dehors de l' application.

La concomitance de ces deux règles empêcherait donc les entreprises de concurrencer directement Apple Music et d'autres services Apple: obligées d'utiliser l'achat in-app et ne pouvant même pas informer les utilisateurs de la possibilité d'activer un abonnement depuis un navigateur, le troisième - les services de tiers ne peuvent être soumis qu'à la «taxe Apple», c'est-à-dire aux 30% de commissions retenues par l'entreprise pour chaque achat in-app. La Commission européenne a constaté que la plupart des entreprises ont téléchargé le coût des commissions vers les consommateurs , qui se retrouvent donc à payer plus cher pour un service, ne sachant pas qu'ils pourraient économiser 30% en payant en dehors de l'application. Par exemple, un abonnement Spotify acheté dans l'application coûte 12,99 € au lieu de 9,99 € .
Lire la suite (0 Commentaires)
Publié le: 29/04/2021 @ 19:29:06: Par Nic007  Dans "Droit "
DroitLa Commission européenne a présenté une proposition visant à réglementer les systèmes d'intelligence artificielle à usage civil (excluant donc ceux à des fins militaires), qui devraient être classés en quatre niveaux de risque: minimal , limité , élevé et inacceptable . Ces derniers en particulier doivent être considérés comme interdits sur l'ensemble du territoire de l'Union européenne, et même en dehors de celui-ci s'ils ont des répercussions sur les citoyens de l'UE. Alors, quels sont ces systèmes inacceptables? Ceux qui constituent " une menace claire pour la sécurité , les moyens de subsistance et les droits des personnes , y compris les systèmes qui manipulent le comportement humain pour contourner le libre arbitre des utilisateurs (par exemple, les jouets qui utilisent l'assistance vocale pour encourager les comportements dangereux des mineurs) et les systèmes qui permettent aux gouvernements de donner des scores sociaux ».

Ceux qui tombent dans le risque élevé , en revanche , seront soumis à des obligations strictes avant de pouvoir être mis sur le marché . Cette catégorie comprend les systèmes d'intelligence artificielle pour la surveillance de masse , utilisant des méthodes d'identification biométrique à distance telles que la reconnaissance faciale . Ils sont donc totalement interdits dans les espaces publics , avec possibilité d'exceptions, " strictement définis et réglementés, avec des délais, une portée géographique et des bases de données recherchées ", à des fins de sécurité publique et pour lesquels une autorisation est requise de la part d'un organe judiciaire . Quelques exemples d'exceptions sont la recherche d'enfants disparus, la prévention du terrorisme, la recherche des auteurs de crimes graves.
Lire la suite (0 Commentaires)
Publié le: 01/03/2021 @ 19:52:36: Par Nic007  Dans "Droit "
DroitAcheter des produits, en particulier des produits électroniques, dans les magasins en ligne asiatiques est certainement très attractif, grâce à des prix très bas et souvent avec une livraison lente mais presque gratuite. Eh bien, cette situation est sur le point de changer et affectera non seulement les expéditions de Chine et d'Asie en général, mais de tout pays en dehors de l'Union européenne (ainsi que du Royaume-Uni). Deux changements très importants auront lieu dans les mois à venir. Le premier débutera le 15 mars 2021 et concerne la mise en place d'un nouveau système de dédouanement, appelé ICS2 (Import Control System 2) . C'est un système européen centralisé et entièrement numérique. Grâce à ce nouvel outil, il y aura une plus grande uniformité entre les expéditeurs et un plus grand contrôle sur ce qui transite vers ou à travers l'Union européenne (à laquelle s'ajoutent la Suisse et la Norvège).

À notre avis, l'une des pierres angulaires de ce nouveau système sera la nécessité de décrire le plus complètement possible les marchandises incluses dans l'envoi. À ce jour, net de certains contrôles aléatoires, de nombreux produits pourraient être indiqués de manière générique avec des définitions telles que Échantillons , Pièces ou Cadeaux . Aucune de ces solutions ne fonctionnera plus car il doit y avoir une description explicite des produits inclus, ainsi que son code SH , qui indique la catégorie de produit dans le monde entier. L'autre nouveauté est qu'à partir de juin 2021, la TVA De Minimis sera supprimée , c'est-à-dire la dérogation qui permettait aux produits d'une valeur inférieure à 22 € de transiter vers l'Europe sans avoir besoin d'une déclaration en douane (également nette de tout contrôle à l'échantillon). ). Avec la suppression de cette règle, toute marchandise de n'importe quelle valeur doit avoir sa propre déclaration en douane et être taxée pour ce montant. Jusqu'à présent, cette limite avait permis à certains e-commerçants «intelligents» de contourner les restrictions douanières et d'expédier des marchandises de valeur plus élevée simplement en déclarant une valeur inférieure à 22 €. Le risque est que tous ceux qui ont bien acheté qui valaient vraiment moins de 22 € en paient le prix. Dans ce cas, il est possible que les frais de douane (ceux qui s'ajoutent à la TVA) coûtent plus cher à l'acheteur final que le coût du produit lui-même.
Lire la suite (0 Commentaires)
Publié le: 20/01/2021 @ 21:59:34: Par Nic007  Dans "Droit "
DroitLa Commission européenne a intenté une action contre Valve, propriétaire de la plate-forme de jeu PC en ligne Steam, ainsi que les cinq éditeurs Bandai Namco Entertainment, Capcom, Focus Home Interactive, Koch Media ( Deep Silver ) et ZeniMax (Bethesda) pour leurs violations de l'UE. Des amendes de droit antitrust d'un montant total de 7,8 millions d'euros. Le problème est que les entreprises ont limité la vente transfrontalière de certains jeux vidéo pour PC aux utilisateurs de certains pays de l'Espace économique européen (EEE) via Steam. Nous parlons donc ici du géoblocage classique. Le communiqué de presse de la Commission européenne déclare: "En raison de ces pratiques dites de blocage géographique, des amendes totalisant plus de 6 millions d'euros ont été infligées aux éditeurs, mais elles ont été réduites en raison de leur coopération avec la Commission. Commission et a été condamné à une amende de plus de 1,6 million d'euros. "

La vice-présidente exécutive de la Commission, Margrethe Vestager, responsable de la politique de la concurrence, a déclaré: "Plus de la moitié des Européens jouent aux jeux vidéo. L'industrie du jeu vidéo en Europe est florissante et a désormais un volume de marché de plus de 17 milliards d'euros. Les pratiques de blocage géographique de Valve et les amendes infligées à cinq éditeurs de jeux vidéo sur PC rappellent que le droit de la concurrence de l'UE interdit aux entreprises de restreindre contractuellement les ventes transfrontalières car de telles pratiques empêchent les consommateurs européens de profiter des avantages tirer parti du marché unique numérique et choisir la meilleure offre partout dans l'UE. "

Aperçu des sanctions

Valve - 1624000 EUR
Bandai Namco - 340 000 EUR
Capcom - 396 000 EUR
Focus Home - 2 888 000 euros
Koch Media - 977 000 EUR
ZeniMax - 1 664 000 euros
Lire la suite (0 Commentaires)
Publié le: 18/01/2021 @ 21:35:48: Par Nic007  Dans "Droit "
DroitL'administration Trump est vraiment au coucher du soleil mais pour Huawei le ciel ne semble pas s'éclaircir sur le marché américain, en effet de mauvaises nouvelles arrivent . Le gouvernement américain notifie d' autres problèmes à venir pour le géant chinois.
L'administration Trump aurait notifié à Huawei la révocation des licences accordées aux fournisseurs américains, parmi lesquels on retrouve Intel , pour entretenir des relations commerciales avec Huawei. Dans cette optique, d' autres demandes de licence du même type sont refusées . Ces licences ont aidé Huawei à faire des affaires avec certains de ses partenaires américains malgré l' interdiction du gouvernement . La nouvelle provient de certaines notes divulguées par la Semiconductor Industry Association , qui cite le Département du commerce comme la source des révocations . Il semble qu'à l'heure actuelle, selon les sources de Reuters , il y a au moins 8 licences révoquées . Parmi les entreprises impliquées, il y aurait Kioxia Corp , anciennement connue sous le nom de Toshiba Memory Corp, qui a cependant refusé de commenter la question. Huawei et Intel ont également refusé de commenter .

Les entreprises qui ont vu leur licence révoquée ont 45 jours pour faire appel auprès du Département américain du commerce. Nous vous rappelons que ces licences avaient pour objectif de «contourner» substantiellement l'interdiction que l'administration Trump a infligée à Huawei en l'insérant dans sa liste noire , où Xiaomi vient d'entrer . La nouvelle vient avec un certain degré de surprise : le soupçon planait dans l'air que le gouvernement américain refuserait des licences pour tout produit 5G de Huawei, mais quelques jours avant la fin de l'administration Trump , peu de gens s'attendaient ces révocations. Nous verrons si la nouvelle administration Biden a l'intention de continuer sur la même voie .
Lire la suite (0 Commentaires)
Publié le: 15/01/2021 @ 22:00:03: Par Nic007  Dans "Droit "
DroitReuters et Financial Times confirment tous deux une décision de dernière minute de l'administration Trump, qui a ajouté 9 entreprises chinoises, dont Xiaomi , à une liste noire d'entreprises ayant des liens présumés avec l'armée chinoise. Ce n'est pas la même liste d'entités dans laquelle Huawei et DJI sont impliqués , entre autres, mais l'inclusion de Xiaomi dans cette liste noire signifie que les investisseurs américains ne pourront pas acheter des actions Xiaomi et devront éventuellement vendre celles déjà en leur possession pour le 11 novembre 2021. Pour le moment, cependant, la production d'appareils Xiaomi ne semble pas menacée, comme c'était le cas pour Huawei. En conséquence, l'action de Xiaomi a perdu 14 points aux États-Unis à la suite de l'annonce de l'ajout de la société à la liste des entreprises du Pentagone ayant des liens présumés avec l'armée chinoise. En cas de développement, nous vous en informerons.

Xiaomi a répondu (via CNBC ) niant les allégations de collusion avec l'armée chinoise, réitérant que ses produits sont fabriqués par des civils pour des civils. La Société rappelle qu'elle fournit des produits et services à usage civil et commercial. La Société confirme qu'elle n'est pas détenue, contrôlée ou affiliée à l'armée chinoise et qu'elle n'est pas une «société militaire communiste chinoise» définie dans la NDAA. Xiaomi prendra les mesures appropriées pour protéger les intérêts de la Société et de ses actionnaires et examine également les conséquences potentielles de cet acte pour obtenir une image plus complète de son impact sur le Groupe.
Il y aura d'autres annonces, si et quand Xiaomi le jugera approprié.
Lire la suite (0 Commentaires)
Publié le: 21/12/2020 @ 21:26:24: Par Nic007  Dans "Droit "
DroitPlusieurs secteurs du marché de la technologie sont actuellement au centre de nombreux débats , notamment ceux relatifs au prétendu monopole de certaines grandes entreprises sur des plateformes logicielles comme celles de Google et d' Apple . L' Union européenne entend proposer des mesures sérieuses en ce sens. Ces derniers jours, la Commission européenne a proposé deux grands projets de loi qui impliqueront toutes les entités opérant au niveau européen dans les secteurs technologiques. Le premier des deux s'appelle le Digital Markets Act (DMA) et vise à établir des règles claires pour les principaux acteurs du marché technologique en termes d' antitrust et de concurrence loyale entre les entreprises. La deuxième proposition de l'UE s'appelle la loi sur les services numériques (DSA) et vise à fournir des lignes directrices aux entreprises pour offrir un contenu toujours conforme à la loi , en encourageant la suppression rapide des contenus illégaux et potentiellement préjudiciables.

Il est donc conclu que les deux propositions de l'UE ont un caractère très général et affectent différents secteurs du marché technologique, en particulier les logiciels et les plateformes sociales . Les sanctions pour ceux qui ne les respectent pas sont tout aussi claires et pertinentes: il y a des amendes allant jusqu'à 10% du chiffre d'affaires annuel, et jusqu'à 5% du chiffre d'affaires quotidien pour les entreprises qui enfreignent les règles incluses dans la DMA, tandis que des amendes allant jusqu'à 6% du chiffre d'affaires pour ceux qui enfreignent le DSA. Mais pas seulement ça: l'UE pourrait même aller jusqu'à imposer la cessation des entreprises qui transgressent les deux actes. Il s'agit donc de sécuriser les espaces numériques de plus en plus fréquentés par les citoyens , même au niveau européen : il suffit de penser aux plateformes sociales désormais spécialisées dans des contenus impliquant une large gamme de contenus . Dès lors, l'UE souhaite généraliser la surveillance de ces espaces, comme elle l'a déjà montré vouloir le faire avec les amendes infligées à Google et Apple dans le cadre de la concurrence sur leurs plates-formes logicielles respectives.
Lire la suite (0 Commentaires)
Publié le: 10/12/2020 @ 22:24:02: Par Nic007  Dans "Droit "
DroitLa Federal Trade Commission américaine et une coalition de 48 États ont lancé deux poursuites pour «monopole illégal» contre Facebook pour pratiques anticoncurrentielles, avec une attention particulière pour l'acquisition d' Instagram et de WhatsApp . La FTC accuse Facebook d'utiliser sa position pour éliminer toute menace pesant sur son monopole, pointant expressément du doigt l'acquisition d'Instagram et de WhatsApp, contre lesquels elle vise à obtenir une injonction permanente pouvant inclure, entre autres, , la vente forcée d'Instagram et de WhatsApp . En outre, Facebook aurait également adopté un comportement anticoncurrentiel contre des logiciels tiers et supprimé l'accès à certaines fonctions précieuses de sa plate-forme. L'exemple est celui de Vine , qui a initialement utilisé l'API Facebook pour trouver des amis; L'accès à l'API auquel Vine a été rapidement refusé, sur ordre de Zuckerberg lui-même .

Le procès intenté par les 48 États, dirigé par le procureur général de New York, Letitia James, se concentre plutôt sur le fait que Facebook aurait continuellement essayé d'éliminer la concurrence en achetant de plus petites entreprises (y compris Instagram et WhatsApp) avant que celles-ci ne deviennent suffisantes. grand au point de constituer une menace, centralisant effectivement tout le «pouvoir social» sur soi. La fente est celle qui semble très sérieuse, tant pour les noms impliqués que pour les accusations portées, à tel point que l'action Facebook a déjà perdu près de 4 points de pourcentage à Wall Street . La cause durera raisonnablement des mois, et si elle atteignait l'objectif qui s'est fixé, le scénario social au niveau mondial pourrait changer un peu . Après tout, si vous y réfléchissez, Facebook, Instagram et WhatsApp sont une triade qui, pour la plupart des utilisateurs, manque de tout "besoin" de réseaux sociaux.
Via: The Verge
Lire la suite (0 Commentaires)
Publié le: 04/12/2020 @ 21:58:05: Par Nic007  Dans "Droit "
DroitLes autorités américaines ont lancé jeudi des poursuites judiciaires pour « discrimination » à l’embauche contre Facebook, accusé d’avoir réservé des postes à des salariés étrangers au détriment des Américains, deux jours après avoir subi un revers sur le gel de visas très utilisés dans la tech. Facebook a « intentionnellement créé un système d’embauche qui a empêché des Américains qualifiés d’avoir une chance de connaître et de se présenter » à ces postes, écrit le ministère de la Justice dans un communiqué. Le réseau social a assuré avoir coopéré avec les autorités quand le ministère a commencé à se pencher sur la question d’éventuelles discriminations à l’embauche. Il réfute les accusations émises dans la plainte du ministère mais refuse de faire plus de commentaires sur une procédure en cours. Le dépôt de la plainte a été assez soudain, selon une personne proche du dossier. Il pourrait signifier que le ministère souhaite voir le dossier arriver devant un tribunal avant le départ du président Donald Trump de la Maison-Blanche le 20 janvier.

Selon la plainte, Facebook n’a pas affiché les postes en question sur son site internet, refusait les candidatures en ligne et imposait aux personnes intéressées d’envoyer leur dossier par courrier, ce qui suscitait très peu de candidatures. Facebook réservait en fait ces positions, plus de 2600 entre le 1er janvier 2018 et le 18 septembre 2019, à des employés déjà présents dans l’entreprise avec un visa temporaire et désireux d’obtenir une carte verte. La Silicon Valley compte beaucoup sur ces talents de la tech, bien formés dans leur pays d’origine. Mais pour décrocher les fameuses « green cards », qui offrent un statut de résident permanent aux États-Unis, il faut disposer d’une offre d’emploi permanente et l’employeur doit montrer qu’il n’avait pas de candidat américain qualifié pour le poste. Pour contourner cette obligation, Facebook a mis en place un processus de recrutement discriminatoire « routinier et généralisé », d’après la plainte selon laquelle dans plus de 80 % des cas, aucun Américain ne s’est porté candidat. Les pratiques de recrutement d’autres grands groupes de la Silicon Valley utilisant fréquemment les visas H1-B sont aussi dans le viseur du ministère, selon la personne proche du dossier.
Lire la suite (0 Commentaires)
Informaticien.be  - © 2002-2021 Akretio SPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?