Gungrave G.O.R.E
Publié le 25/11/2022 Dans Xbox Series X
De la tombe à la rue.

Le parcours de Gungrave G.O.R.E., du stylo à la traduction de jeux vidéo, trouve ses racines dans une époque lointaine et quelque peu obscure : une époque où un produit, même médiocre, pouvait donner naissance à un genre ou à un courant pop qui transcendait le média d'utilisation de l'œuvre. Nous parlons de l'ère Sony PlayStation 2, où le premier chapitre de la saga a reçu un accueil mitigé, pour ensuite exploser en récompenses visuelles telles que le design des personnages par Yasuhiro Nightow dont on peut reconnaître les traits pour Trigun, un autre produit de la bande dessinée et de l'animation, tandis que le design des éléments mécaniques des jeux a été pris en charge par Kosuke Fujishima (Sakura Wars). Dans ce nouvel épisode, nous sommes toujours sous l'hégémonie du Millennion, une organisation qui contrôle un état entier et dirige les choses comme un despote, nous imposant sa loi à gauche et à droite. L'organisation doit être arrêtée une fois pour toutes, et Grave est à nouveau envoyé sur le terrain par Mika Asagi, désormais un jeune adulte (alors que Grave étant un Deadman, une sorte de mort-vivant, ne vieillit pas). Au cours des premières phases du jeu, l'objectif de nos héros (dont nous ne contrôlons activement que Grave) sera de démanteler la production de la drogue Seed, qui tient effectivement la population sous contrôle par le Millennion.

Le désir de vengeance qui anime Grave rend sa traque implacable, même si le protagoniste ne dit jamais un mot, ni avant ni pendant les missions que lui confie Mika : tout en conservant une conscience de lui-même, du temps où il était encore humain et se faisait appeler Brandon Heat, Grave reste un personnage dénué d'émotions et de sentiments, si ce n'est l'esprit de vengeance qui l'anime, et la protection aveugle de Mika, la fille de son ex-petite amie. Le compartiment histoire n'a jamais été l'élément principal de la série, contrairement aux deux chapitres précédents sortis sur PlayStation 2, bien que le deuxième titre - Gungrave : Overdose - puisse désormais être considéré comme un spin-off, puisque l'histoire du chapitre moderne reprend exactement là où elle s'était arrêtée dans le premier chapitre. Le gameplay de Gungrave G.O.R.E. (Gunslinger Of REsurrection est l'acronyme du mot "épisode") peut se résumer à une sorte d'"enfer de balles" qui se déchaîne sur le protagoniste qui, armé de deux pistolets (gigantesques) et d'un énorme cercueil en métal (qui se révélera être un arsenal d'armes en tout genre) devra affronter des hordes d'ennemis de la plus étrange espèce. Les ennemis en question seront des hommes, souvent protégés par des boucliers anti-émeute ou des barrières énergétiques (semblables à celles que porte notre héros Grave), ils ne mourront donc certainement pas au premier coup de feu ! Des boss de toutes sortes, des bêtes féroces aux énormes robots, Grave les éliminera tous pour mener à bien sa mission.

Tempête de balles.

Ne vous méprenez pas, dans Gungrave G.O.R.E. il n'y a pas beaucoup de place pour la tactique ou les énigmes à résoudre : tout ce que vous avez à faire est de lancer une quantité incalculable de balles (qui heureusement ne s'épuisent jamais) sur les ennemis et les objets à exploser. Pour ce faire, vous aurez à votre disposition plusieurs compétences qui pourront être débloquées et améliorées à la fin de chaque mission, où vous recevrez une note allant de S à E à travers les lettres de l'alphabet. Chaque grade correspond à un nombre plus ou moins élevé de points d'expérience qui peuvent être dépensés pour améliorer les armes ou les compétences de Grave : Il y a Cerberus, les canons géants qu'utilise Grave ; Coffin est le cercueil que Grave porte sur ses épaules, attaché à une chaîne. Il lui permet d'effectuer des attaques spéciales, mais peut aussi être utilisé comme un outil de destruction au corps à corps, ainsi que pour dévier les missiles qui lui sont tirés dessus (les renvoyant à l'expéditeur). Plus vous jouez agressivement, plus Grave peut utiliser de capacités : Par exemple, en marquant un minimum de 50 impacts entre les ennemis et l'environnement, Grave pourra faire pleuvoir des balles en tirant en rafales dans toutes les directions ; les impacts (appelés Beats dans le jeu) génèrent au fil du temps une énergie qui permet à Grave de déclencher une explosion mortelle, libérant une énorme fusée du cercueil qui désintègre tout ce qu'elle touche (donc, même si vous êtes dans un sacré paquet de balles, la visée compte, et vous devrez faire attention à ce que vous tirez).

Gungrave G.O.R.E. est un jeu hors du temps : buggé, lent et sacrément banal, il semble qu'il n'ait pas vraiment évolué depuis vingt ans qu'il est apparu, mais que le développeur IGGYMOB (ancien créateur du chapitre Gungave VR) se soit contenté de reprendre ce qui existait sur la PlayStation 2, de le traduire en graphismes modernes et de laisser le système de jeu en couloir sans la moindre personnalisation. Les éléments qui composent les pièces, ou tout simplement le cadre général, sont dépouillés, sans rien à faire, si ce n'est vaincre des hordes de malheureux, humains ou autres. Il n'y a pas un objet à collectionner à trouver, un coffre à ouvrir, une amélioration ou un skin alternatif pour donner le goût ou la satisfaction d'avoir exploré les quelques pièces qui composent la carte, et tout au long du jeu, on passe simplement à autre chose, comme l'indique l'écriture au début de chaque mission, "Let's Kick Their Ass !" et on s'arrête. Les capacités et la force de Grave sont en effet intéressantes, mais si le retour d'expérience avec le personnage est juste, il n'est pas égalé par l'ennemi qui, bien qu'étant en très grand nombre, mourra facilement, et l'armure énergétique qui protège Grave se régénère au fil du temps, il suffit donc de s'arrêter quelques secondes et de continuer si vous en manquez. Il n'y a aucun moyen de regagner la santé perdue : la seule façon de le faire est de mourir réellement et de recommencer à partir du point de contrôle, qui est généralement le début ou le milieu d'une mission, ou la porte d'un boss. Ainsi, même si vous arrivez avec un seul point de vie devant le boss, il vous suffira de mourir pour vous retrouver avec toute la vie et toutes les capacités devant le boss. Bien sûr, dans tout cela, vous perdrez des points pour le "bulletin de notes" à la fin de la mission, mais si votre intérêt n'est pas d'obtenir des S dans chacune d'elles, vous pouvez joyeusement les ignorer et passer à autre chose.

VERDICT

Le jeu est une occasion manquée, car le développeur aurait pu prendre ce qui était bon et le traduire dans le modus operandi moderne du jeu, mais il a apparemment manqué de volonté d'innover et de patience pour retrousser ses manches et proposer un produit en phase avec l'époque actuelle. Gungrave G.O.R.E. est anachronique, vieux et pas du tout original, vous pouvez y jouer si vous êtes un fan de la saga mais sinon regardez ailleurs et passez à autre chose.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
6 / 10
Informaticien.be - © 2002-2023 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?