Edge of Eternity
Publié le 10/02/2022 Dans PlayStation 5
Il était une fois.

S'il est vrai que nous vivons un nouvel âge d'or des JRPG, la plupart des nouveaux développements optent pour un gameplay plus classique avec une vue aérienne ou même des graphismes en 2D. Il n'y a pas beaucoup de RPG qui choisissent de faire les choses en grand, avec un grand monde ouvert et beaucoup de quêtes annexes. L'exemple le plus récent de ce type de jeux est peut-être la série Xenoblade, mais voici qu'un nouveau jeu vient rivaliser avec elle : Edge of Eternity, développé par le modeste studio Midgar. Car c'est vrai, Edge of Eternity a voulu jouer directement dans les ligues supérieures et affronter les poids lourds malgré le fait que son studio de développement ne compte que 9 membres. Nous allons trouver un JRPG en trois dimensions avec des environnements immenses, beaucoup d'ennemis à affronter et des centaines de quêtes secondaires. Il est possible qu'ils aient voulu trop s'engager, mais nous pouvons vous assurer que le résultat n'est pas mauvais du tout. L'histoire concerne le monde d'Heryon, où, il y a de nombreuses années, une race extraterrestre est arrivée sur la planète avec des intentions douteuses, jusqu'à ce qu'elle découvre rapidement qu'elle voulait déclencher une guerre directe. Après une attaque à grande échelle de cette race et la destruction de l'armée qu'il sert, notre protagoniste Daryon est contraint de rentrer chez lui, ce qui coïncide avec une lettre de sa sœur Selene lui annonçant que sa mère a contracté une étrange maladie et qu'elle prévoit de partir à la recherche d'un remède. Les deux frères et sœurs se lancent dans un voyage pour y parvenir.

Cette histoire, qui est divisée en 7 chapitres est suffisamment intéressante et prenante pour continuer à jouer au jeu, ainsi que le charisme et l'alchimie de ses personnages principaux. Tout au long de l'intrigue, nous trouverons des rebondissements, de nombreuses informations sur le monde dans lequel nous nous trouvons et même des touches d'humour, principalement motivées par les désaccords entre les deux frères. Tout cela se voit non seulement dans les dialogues et les conversations, mais aussi dans les scènes cinématiques réalisées avec le moteur de jeu. Comme nous l'avons déjà mentionné, la principale inspiration de cette œuvre est Xenoblade Chronicles, avec laquelle elle présente de nombreuses similitudes. Comme s'il s'agissait de Bionis et Mekonis, nous pourrons traverser de très grands et beaux décors, décors qui varieront également en fonction du cycle jour/nuit. Dans ces scénarios, nous pouvons trouver une multitude d'éléments, tels que des coffres contenant des équipements et des objets, des ressources, des feux de joie pour se reposer et des points de sauvegarde. Mais bien sûr, nous trouverons des ennemis de toutes formes et de toutes tailles qui se promènent, des ennemis dont nous pourrons voir le niveau auquel ils se trouvent et leur degré de dangerosité, et il nous appartiendra de les approcher pour engager le combat ou de passer à côté.

Un système de combat dynamique.

Le combat de Edge of Eternity est sans aucun doute l'un des meilleurs éléments de ce titre. On nous présente un système dynamique au tour par tour similaire à celui vu dans d'autres sagas célèbres dans lesquelles il regarde sans vergogne. Oui, nous parlons de certains des derniers jeux Final Fantasy numérotés. Une composante tactique est ajoutée en appuyant sur le stick droit et en passant à une vue de dessus où l'on peut voir les hexagones qui marquent ces positions et entre lesquels on peut se déplacer pour se rapprocher et effectuer certaines attaques, ou au contraire s'en protéger. La position sur le champ de bataille devient importante, car nous pourrons visualiser le champ d'action d'une attaque ennemie et agir en conséquence, soit en nous déplaçant vers un autre endroit, soit en nous protégeant. En combat, nous retrouverons le système classique ATB -Active Time Battle-, les barres d'action sont chargées et lorsqu'elles sont remplies, nous pouvons sélectionner une action à effectuer -bien sûr, l'ennemi fera de même-. Contrairement à la saga Final Fantasy, lorsque notre barre d'ATB est pleine, l'action s'arrête et nous pouvons sélectionner l'attaque souhaitée sans craindre que l'ennemi nous attaque entre-temps. Cela établit un véritable système au tour par tour dans lequel nous pouvons mieux planifier une stratégie à long terme, avec la possibilité d'interrompre les attaques ennemies en préparation chaque fois que cela est possible. En outre, nous pouvons sélectionner la vitesse de combat au cas où nous ne voudrions pas attendre la lenteur avec laquelle les barres sont rechargées. En bref, le combat est très fluide et dynamique, donnant une bonne sensation et une envie de se battre contre chaque ennemi que l'on voit.

Le système d'exploration est typique dans la mesure où, en général, on nous indique la position et la distance jusqu'au prochain objectif, en allant d'un point à l'autre de manière assez linéaire. Nous pouvons trouver des objets en cours de route, parler aux PNJ et obtenir des quêtes secondaires qui sont parsemées tout au long de l'histoire principale et qui, sans surprise, n'ont absolument rien à voir avec celle-ci. Il est presque endémique au genre que vous sauviez le monde et que quelqu'un vous interrompe dans votre travail important pour vous demander d'aller chercher des grillons afin qu'il puisse courtiser sa bien-aimée tandis que le PNJ regarde impassiblement comment nous accomplissons le travail sans lever le petit doigt au lieu de le faire lui-même. Le développement des personnages sera une partie très importante du jeu. En plus de l'habituelle montée en niveau par l'expérience, vous devrez développer et améliorer votre personnage à travers un tableau qui rappelle assez bien le mythique Final Fantasy X. Sur ce plateau - dont la configuration et le design varient en fonction de l'arme équipée - nous placerons des gemmes de couleur que nous obtiendrons comme récompenses pour avoir accompli des missions ou vaincu des ennemis. Chaque gemme aura des caractéristiques spécifiques -plus de points d'attaque, de santé, de vitesse... ou même de nouvelles techniques- et nous devrons les placer dans leur espace correspondant en suivant une séquence linéaire, de sorte que si nous plaçons une gemme dans l'un des chemins, les autres seront bloquées et nous ne pourrons pas les utiliser. En plus de cela, nous pourrons fabriquer de nouvelles armes ou de nouveaux équipements en utilisant les ressources collectées au cours de notre voyage, en obtenant de nouvelles recettes tout au long du jeu pour avoir plus d'objets à construire.

Une réalisation efficace.

Pour ce qui est des visuels, c'est peut-être l'un des points les plus controversés du titre, car ce qu'il nous donne d'un côté, il nous le reprend de l'autre. Edge of Eternity est un beau jeu avec de très bons graphismes, c'est indéniable et il suffit de voir les screenshots pour s'en rendre compte, offrant de beaux décors et une partie graphique digne de cette génération. Là où il échoue, c'est peut-être dans les dessins et les animations, le premier parce qu'ils ont voulu représenter des dessins "anime" mais avec une section graphique un peu réaliste, ce qui finit par s'opposer assez souvent. Quant aux animations, disons qu'elles sont... étranges, comme un film d'animation Disney. Parfois, elles nous rappellent même les animations utilisées dans Les Sims 4, comme si les cinématiques avaient été développées à l'aide du moteur graphique des Sims 4. Bien qu'il se soit beaucoup amélioré depuis l'accès anticipé et soit devenu de plus en plus poli, c'est dans cette section que l'on remarque le plus que nous avons affaire à un studio indépendant où certaines choses sont trop grandes pour eux. Et si les graphismes ont leurs hauts et leurs bas, ce n'est pas le cas du son, qui est tout simplement merveilleux. Malgré la modestie du studio Midgar, ils ont réussi à collaborer avec une véritable légende du jeu vidéo : Yasunori Mitsuda, l'un des compositeurs les plus légendaires responsables de bandes sonores telles que Chrono Trigger, Xenosaga ou encore Xenoblade lui-même, qui est chargé de composer le thème principal et les thèmes de combat de Edge of Eternity. Mais le poids de ce compositeur ne doit pas servir à sous-estimer et à détourner l'attention du véritable auteur, Cédric Menendez, qui compose la plupart des thèmes du jeu, faisant un travail magnifique, avec des thèmes orchestraux qui correspondent merveilleusement à l'action à l'écran. Quant aux doublages, nous aurons des voix anglaises avec des sous-titres français.

Si l'on veut juste terminer l'histoire principale et rien d'autre, la durée peut être d'environ 20 heures. Si nous sommes des complétistes et que nous nous arrêtons pour farmer et accomplir toutes les quêtes secondaires, ce temps triple pour atteindre 50 ou 60 heures, selon notre rythme. Une quantité plus que décente pour un JRPG de ce type. Edge of Eternity nous offre un magnifique JRPG, chargé de contenu et de détails qu'il est difficile de manquer. Il est difficile de croire qu'une si petite équipe ait réussi à créer un jeu de cette envergure, mais Midgar Studio a sorti le grand jeu. Ce n'est pas un titre parfait, il y a des choses qui peuvent être améliorées, mais compte tenu des circonstances et du développement, on ne peut guère demander plus à ce jeu qui satisfera tous les amateurs de RPG.

VERDICT

Edge of Eternity nous offre un RPG complet en monde ouvert, de bonne facture technique et visuellement très beau. L'histoire est intéressante, la quantité de contenu est écrasante et offre plusieurs dizaines d'heures de jeu. En revanche, les performances du titre et certaines animations pourraient être bien meilleures.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
7 / 10
Informaticien.be - © 2002-2022 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?