YU-NO : A Girl Who Chants Love at the Bound of this World
Publié le 13/03/2020 Dans PlayStation 4  Par Nic007
Il était une fois.

YU-NO: A Girl Who Chants Love at the Bound of this World est un réalité un remake d'un jeu Elf paru en 1996 sur Sega Saturn au Japon et qui avait connu un portage sur PC en 2001, mais n'avait jamais connu de sortie européenne. Pendant ses vacances à l'Académie Sakaimachi, Takuya Arima reçoit un colis de son père, supposé décédé il y a plusieurs mois. À sa grande surprise, l'historien excentrique lui a laissé un ensemble d'items; un miroir étrange et un minerai inconnu avec des fentes partiellement remplies d'orbes appelées joyaux. Une note est jointe à ces éléments. Elle indique à Takuya d'apporter l'appareil avec tous ses emplacements remplis de pierres précieuses au sanctuaire de la mystérieuse montagne Triangle le soir même. Takuya arrive un peu tard et trouve une femme nue effondrée sur le sol. Elle se réjouit de le voir et, vraisemblablement, meurt dans ses bras avant de disparaître. Puis Takuya est menacé par un homme avec une arme à feu, un vieil ami de son père lui imposant de retourner le colis avec son contenu. La belle-mère de Takuya se présente également, sans aucune idée de ce qui se passe. Cependant, avant que quelque chose puisse se produire, l'espace se distend autour de lui et il finit seul au pied de la montagne, laissant Takuya décider des motivations de son père.

En jouant avec Takuya, vous remarquerez que les battements de l'intrigue dépendent beaucoup de votre exploration. Le jeu est très orienté point'n click, Takuya doit naviguer depuis différentes zones pour parler avec les gens et enquêter dans différents lieux pour tenter de comprendre les mystères du jeu. Dès le départ, il y a beaucoup de pièces mobiles et d'endroits à visiter. En réalité, le mystérieux dispositif à réflecteur du père de Takuya permet à l'utilisateur de voyager entre des mondes parallèles. Au cours de l'histoire, les joueurs verront un sanctuaire qui se démarque de la composition géologique du littoral et un chantier de construction dirigé par une entreprise louche. Sans parler des affaires au sein de l'école la nuit et tout ce qui concerne le père de Takuya. La façon dont vous décidez d'explorer va changer radicalement l'histoire, alors que Takuya se mêle à des personnes aux objectifs divers dans vos tentatives pour résoudre les mystères du jeu.

Un jeu étrange et surprenant.

Pour l’aider dans sa quête, le système de cartographie automatique de la divergence, ou ADMS, renferme l’objet étrange qui contient les joyaux. Takuya peut utiliser ces bijoux comme des points de sauvegarde dans l'espace et dans le temps. Une fois que l'ADMS est ouvert, claquez une gemme et vous êtes prêt à partir. Le fait de manquer de bijoux n'est pas le pire, car le jeu vous permet de revenir à une sauvegarde inutile et de la réclamer automatiquement. Cependant, il est bon de ne pas en manquer, ou vous ne pourrez pas ouvrir le système tant que vous n'en aurez pas trouvé un point que vous avez défini auparavant. Vous pouvez également revenir à la fin du prologue à tout moment. Tout cela est pertinent car, si les souvenirs de Takuya ne lui sautent pas aux yeux, son inventaire le fait. Vous devrez trouver des objets éparpillés sur divers itinéraires dans de multiples lignes temporelles pour ouvrir votre chemin vers leurs fins. Le jeu vous demande quand un objet peut être utilisé ou peut être trouvé, minimisant ainsi toute forme de chasse aux pixels. L'organigramme et les objectifs sont également codés par couleur pour chaque itinéraire, il n'est donc pas trop difficile de déterminer la prochaine étape à suivre si vous êtes bloqué. Le parcours final du jeu est particulièrement remarquable pour avoir une tournure assez choquante et impressionnante. Yu-No n'est pas un jeu qui aime vous donner des révélations linéaires, ce qui conduit à une stimulation très incohérente. En fin de compte, il possède un scénario de casse-tête très littéral. Il faut un certain temps pour commencer à connecter ces éléments, mais il est relativement simple de rassembler les éléments.

La direction artistique de ce remake est fantastique, la conception des personnages est merveilleuse, avec quelques cinématiques magnifiquement dessinés. Leur contenu, cependant, peut faire l’objet d’un débat, car le titre n’essaie pas de cacher le fait que le jeu original était un eroge. Il y a suffisamment de coups de culotte ici pour rivaliser avec Punchline, la scène d'ouverture du jeu en inclut d'ailleurs une. Eh bien, Yu-No aime ses blagues graveleuses, et Takuya est votre protagoniste typique d'eroge après tout. La seule différence, cependant, c'est qu'il commence avec succès, ayant déjà eu une aventure avec un de ses professeurs avant le début de la partie. Laquelle ? Heureusement, beaucoup de ce dialogue est optionnel et vous êtes rarement obligé de faire des actions discutables. Si vous aimez cela, ou pouvez vous y habituer, vous aurez des parcours d'histoire fascinants. Il est très amusant de voir les itinéraires des personnages imbriqués se dérouler lorsque vous commencez à les résoudre avec l'avantage de regarder les mêmes scènes d'un nouveau point de vue. Un contexte supplémentaire vous permet de voir à quel point l'auteur a su préfigurer ce qu'il a été capable d'injecter. Tout ce que l'on peut dire, c'est qu'il s'agit d'un exploit de taille pour l'équipe de localisation, qui a fait un travail impressionnant pour maintenir le tout en place pendant ce scénario énorme. Le titre devient délicat lorsque vous réalisez que l'image sur la boîte ne correspond pas à celle que vous construisez. Cependant, une fois que vous avez passé environ quarante heures à en faire la synthèse, vous vous retrouvez avec une histoire très solide. La bande son est aussi quelque chose qui s'avère brillant, et ce qui est encore mieux, c’est que vous avez deux choix. Les joueurs peuvent choisir entre le remake ou les pistes originales.

VERDICT

Dans l'ensemble, YU-NO : A Girl Who Chants Love at the Bound of this World est un titre incontournable pour ceux qui adorent les romans visuels et qui souhaitent faire l'expérience de ce morceau d'histoire, le jeu lui-même a inspiré des dizaines d'autres productions après. Le rythme ici peut être désordonné, et certains choix de conception peuvent être " explicites ", c'est le moins qu'on puisse dire. Cependant, la présentation et la conception sonore de Yu-No se sont combinées à une installation brillante pour faire de cette aventure une odyssée bizarre et satisfaisante.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Notre Avis
8 / 10
Informaticien.be  - © 2002-2020 Akretio SPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?